Le thé réduit le risque de démence

Le thé réduit le risque de démence
La consommation du thé est liée à une réduction spectaculaire du risque de démence chez les sujets âgés, c'est ce que suggéré une étude scientifique récente.

Consommer sa journée avec une tasse de thé a permis de réduire le déclin cognitif de 50% chez des patients âgés des plus de 55 ans, a conclut cette étude chinoise.

Ce qui est impressionnant, c'est que ce pouvoir de réduction du déclin cognitif atteint un pourcentage de 86% chez les population prédisposée génétiquement à la maladie d'Alzheimer.

L'étude a montré que les résultats étaient les même quelque soit le type du thé consommé, qu'il soit du thé vert, noir, ou Oolong.
Le seul facteur qui était déterminant, est que le thé soit extrait des feuilles de thé.

Dr Feng Lei, l'auteur principal et de l'étude a affirmé:
''Tandis que l'étude a été menée sur des sujets âgés chinois, les résultats s'appliquent aussi bien aux sujets appartenant d'autres ethnies.
Nos résultats auront des implications importantes pour la prévention de la démence.
Malgré l'élaboration de moyens thérapeutiques de qualité, le traitement pharmacologique efficace des troubles neurocognitifs comme la démence demeure difficile, et les stratégies actuelles de prévention sont loin d'être satisfaisantes.
Le thé est parmi les boissons les plus consommés au monde.
Les données de notre étude suggèrent que une habitude simple et peu coûteuse comme la consommation quotidienne du thé, permet de réduire le risque de développer un trouble neurocognitif plus tard dans sa vie.''

Il s'agit d'une étude de cohorte où on a suivi un groupe de 957 participants chinois de l'an 2003 à l'an 2005.
Des examens réguliers ont été réalisés afin de dépister des signes de déclin cognitif. 

Dr Feng a expliqué pourquoi le thé pourrait être bénéfique:
''Selon les connaissances que nous avons actuellement, cette vertu de la consommation à long terme du thé est due au composantes bioactives des feuilles de la plante, comme la catéchine, les théflavines, les théarubigines et la L-théanine.
Ces composantes ont un pouvoir anti-inflammatoire et anti-oxydant ainsi que d'autres propriétés bioactives qui pourraient protéger le cerveau contre les lésions vasculaires et la neurodégénération.
Notre compréhension des mécanismes biologiques en détail est toujours très limitée, ainsi nous avons besoins de plus de recherches afin de trouver les réponses définitives.'' 

Sources:
L'étude a été publiée au The Journal of Nutrition, Health & Aging.

Manger des noix pour améliorer votre humeur

Manger des noix pour améliorer votre humeur
Selon une étude récente, la consommation des noix permet d'améliorer considérablement l'humeur.

Il s'agit de la première étude de son genre portant sur les effets de la consommation des noix.

Professeur Peter Pribis, l'auteur principal de l'étude a dit:
''Dans le passé, les études sur les noix ont montré des effets bénéfiques pour la santé notamment les effets sur les maladies cardiaques, le diabète et l'obésité.
Notre étude était différente car nous nous sommes concentrés sur la cognition, dans cette étude contrôlée randomisée, nous avons mesuré les variations de l'humeur chez des hommes et des femmes.''
La moitié des participants a consommé des noix sans le savoir, en effet les noix étaient parmi les ingrédients du pain aux bananes qu'on a fourni aux participants. Il était impossible pour les participants de ce premier groupe de noter qu'ils étaient en train de consommer ce fruit sec. 

L'autre partie des participants a consommé des tranches de pain aux bananes sans noix.

Ensuite, on a demandé aux participants de remplir un questionnaire portant sur leurs humeurs et états d'esprit. 

Le professeur Pribis a expliqué: 
''Nous avons utilisé un questionnaire validé appelé Le Profil des Etats d'Humeur (Profiles of Mood States : POMS). Il s'agit de l'une des échelles les plus acceptées et utilisées dans les études de la cognition.
Ce test étudie 6 domaines : La tension, la dépression, la colère, la fatigue, la vigueur, et la confusion, enfin il fournit un score final dit Score Total de la Perturbation de l'Humeur.
Plus ce score est bas, plus le participant est de bonne humeur.'' 
Après 8 semaines, on a noté une amélioration de 28% de l'humeur des participants qui consommaient des noix.

Le professeur Pribis a affirmé:
''Il y avait une amélioration significative de 28% de l'humeur des jeunes hommes, pourtant on n'a pas constaté une amélioration de l'humeur chez les femmes.
Pourquoi cette différence? On n'en sait rien.''
Les noix contiennent tous les nutriments connus pour avoir des effets bénéfiques sur l'humeur. Ces derniers comprennent l'acide alpha-linolénique, la vitamine E, l'acide folique, les polyphénols, et la mélatonine.

Professeur Pribis a montré que les résultats de l'étude sont clairs:
''Mangez plus de noix.
C'est une méthode simple. Les noix ne sont pas seulement bénéfiques sur l'humeur, mais sur la santé et le bien-être en général. La quantité recommandée est une poignée de noix par jour.''

Sources:
L'étude a été publiée au journal Nutrients.

Consommer plus de légumes et de fruits améliore la santé mentale

Consommer 2 portions supplémentaires de fruits et de légumes par jour est capable de vous mettre de bonne humeur en 2 semaines seulement, c'est ce que suggéré une étude scientifique récente.

L'étude confirme que les adultes qui consommaient 2 portions supplémentaires de fruits et de légumes pendant 2 semaines ont constaté une augmentation de la motivation et de l’énergie.
Ils ont noté aussi que ceci les a poussé à consommer encore plus de légumes et de fruits.

Dr Tamlin Conner, l'auteur principal de l'étude, a affirmé:
''Cette étude délivre un message : Encourager les gens à manger plus de fruits et delégumes, et non pas seulement de leur rappeler qu'il faut en manger 5 par jour.''Les gens dans les résidences et les dortoirs, les enfants dans les garderies, les patients hospitalisés, les employés sur le lieu de travail, pourraient recevoir à manger plus de légumes et de fruits régulièrement .''
171 adultes jeunes ont participé a cette étude, on les a répartis en trois groupes. Le premier groupe n'a pas suivi aucun régime particulier, on a fournit des coupons pour le deuxième groupe pour acheter des légumes et des fruits, alors qu'on a donner les légumes et les fruits directement aux participants du troisième groupe.

Seulement les participants du troisième groupe ont constaté des améliorations de l'humeur et de la motivation. 

Les participants du deuxième groupe avaient tendance à ne pas consommer les fruits et les légumes qu'ils achetaient frais. 

Les auteurs de l'étude ont expliqué:
''Il est aussi de plus en plus prouvé que les personnes consommant plus de légumes et de fruits ont une meilleure santé mentale.
Une plus forte consommation de légumes et de fruits est liée à plusieurs effets psychologiques, notamment, la diminution du risque de dépression et d'anxiété, une hausse du bonheur, une meilleure évaluation de sa vie, ainsi qu'un état de bien-être social et émotionnel.''
Sources:
L'étude a été publiée au journal PLoS One.

Le yoga permet de soulager l'anxiété

Le yoga permet de soulager l'anxiété
Le yoga peut réduire les symptômes d'anxiété chez les patients atteints du trouble d'anxiété généralisé, c'est ce que conclut une étude publiée par la Georgia State University.

Cette recherche s'est concentré sur la compréhension des effets du yoga sur 3 patients atteints de ce trouble, et si le yoga pourrait être utile comme traitement supplémentaire.

Jessica Morgan Goodnight, ancienne diplômée de la Georgia State University:
''Les gens atteints de ce trouble s'inquiètent trop à propos de l'avenir, ce qui cause des symptômes somatiques comme des douleurs musculaires et des difficultés à s'endormir, et cela détériore la qualité de vie et les relations de ces patients.'' 
Généralement, la psychothérapie est très efficace chez les patients souffrant de troubles anxieux, mais à ce qu'il parait elle n'est pas aussi efficace chez les malades atteints de trouble d'anxiété généralisé.

Les chercheurs ont découvert que le yoga agit sur l'inquiétude, qui est le symptôme principal du trouble. Cette étude ouvre la voie pour des recherches plus concluantes concernant l'impact du yoga sur l'anxiété.

Sources:
L'étude a été publiée à l'International Journal of Yoga Therapy.

Apprendre de nouvelles informations pour améliorer sa concentration

Apprendre de nouvelles informations pour améliorer sa concentration
Selon une étude récente, apprendre de nouvelles informations ou utiliser des connaissances déjà acquises différemment permet d'améliorer sa capacité d'attention.

C'est la même façon d'ailleurs avec laquelle les jeunes enfants 'stimulent' leurs cerveaux: Ils apprennent de nouvelles choses et découvrent le monde extraordinaire autour d'eux.

Acquérir des connaissances et puis réfléchir si elles sont concordantes avec les informations qu'on a déjà apprises améliore la capacité d'attention. 

L'étude s'est basée sur des données présentées sur un écran d'ordinateur. 
Les participants ont classé ces données en des catégories, pendant que les chercheurs mesuraient leurs ondes cérébrales. 

Professeur Rachel Wu, qui dirigeait l'étude a affirmé:
''Les adultes peuvent améliorer leur concentration en groupant les objets dans des catégories, et en utilisant ensuite ces catégories pour rechercher ces objets de manière plus efficace.
En d'autres termes, en acquérant des nouvelles connaissances, ou en utilisant des connaissances existantes, nous pouvons booster notre concentration.
De même, les enfants, peuvent améliorer leurs capacité de concentration en classant les objets dans des catégories.''

Les ondes cérébrales des participants ont montré une augmentation de l'intensité d'attention au moment de l'apprentissage et de l'acquisition de nouvelles données.
L'apprentissage améliore la concentration: 
La méthode

Ainsi, la méthode classique d'apprentissage est ainsi de loin plus efficace que n'importe quel jeu d'entraînement cérébral, indique le professeur Wu:
''C'est semblable à ce que font les enfants pour augmenter leur capacité d'attention.
On ne demande pas aux enfants de jouter des jeux de concentration pour améliorer leurs capacité d'attention.
Alors pourquoi demande-t-on aux adultes de jouer ces jeux pour améliorer leur concentration.'' 
Sources:
L'étue a été publié au journal Attention, Perception, & Psychophysics.

L'excès de sucre est parmi les causes de l'Alzheimer

Sucre-Alzheimer
Un excès d'apport de sucres dans l'alimentation pourrait être lié au développement de la maladie d'Alzheimer, c'est ce que montre une nouvelle étude scientifique.

L'apport excessif de glucides serait ainsi la cause de la dégradation d'une enzyme vitale jouant un rôle primordial dans la protection de l'apparition de la maladie.

Dr Omar Kassaar, l'auteur principal de l'étude, a affirmé:
''On sait que l’excès de sucre est dangereux en ce qui concerne les risques de diabète et d'obésité, mais ce lien potentiel avec la maladie d'Alzheimer est une autre raison pour laquelle nous devrions contrôler l'apport de sucre dans notre alimentation.'' 

Les chercheurs ont étudié des échantillons de tissus cérébraux de sujets atteints et non atteints de la maladie d'Alzheimer.
Ils on trouvé que le sucre peut endommager une enzyme dite MIF (pour macrophage migration inhibitory factor), cette enzyme joue une rôle dans les réactions immunitaires -comme son nom l'indique-, et permet de prévenir l'apparition de la maladie. 

Le professeur Jean van den Elsen, un coauteur, a expliqué:
''Nous avons montré que cette enzyme est modifiée par la glucose au niveau des cerveaux des individus au stades précoces de la maladie d'Alzheimer.
Maintenant, nous sommes en train d'essayer de détecter des changements pareils au niveau du sang.
Normalement, la MIF fait partie de la réponse immunitaire qui se déclenche lors de l'accumulation de protéines anormales au niveau du cerveau, et nous pensons que puisque le sucre altère la fonction de cette enzyme, cela pourrait être le point tournant de l'évolution vers la maladie de l'Alzheimer.''
La MIF prévient la construction de protéines anormales dans le cerveau, or la construction de ces protéines est caractéristique de la maladie d'Alzheimer. 

Le docteur Rob Williams, un autre coauteur a affirmé: 
''Connaitre ça sera crucial pour comprendre la chronologie de la progression de la maladie d'Alzheimer, et nous espérons que cela nous aidera à identifier les personnes à risque et à mettre au point de nouveaux traitements.''

Sources:
L'étude a été publiée au journal Scientific Reports.

Changer son régime alimentaire pour traiter la dépression ?

Changer son régime alimentaire pour traiter la dépression ?
Améliorer son régime alimentaire permet de traiter avec succès la dépression majeure, c'est ce que suggéré une large étude scientifique récente.

Il s'agit d'une étude de 3 mois portant sur des sujets atteints d'un trouble dépressif majeur.

Un premier groupe a reçu une éducation alimentaire fournie par des diététistes professionnels.
Alors que le deuxième groupe n'a bénéficié que d'un soutien psychosocial, qui aide aussi généralement les patients à surmonter la dépression.

Les conseils des diététistes ont permis une plus grande amélioration des symptômes de dépression.
En effet, à la fin de l'étude, un tiers des personnes qui ont changé de régime ont été déclaré être en rémission de la dépression.

Par contre, seulement 8% des patients du deuxième groupe ont été déclaré en rémission.

Professeur Felice Jacka, l'auteur principal, affirme:
''Nous savons depuis un certain temps qu'il existe un lien manifeste entre la qualité des aliments consommés par les gens et le risque de dépression. Tel est le cas dans les différents pays, cultures, et groupes d'âge; une alimentation saine est liée à un risque faible, alors qu'une alimentation malsaine est associée à un risque accru de dépression.  
Cependant, ceci est le premier essai à répartition aléatoire et contrôlée qui a permis de tester directement si l'amélioration de la qualité nutritionnelle permet de traiter cliniquement la dépression.''

Les diététiste avait encouragé les patients du premier groupe à augmenter la consommation de ces aliments:
  • Légumes.
  • Fruits. 
  • Grains entiers.
  • Poissons.
  • Les viandes rouges maigres.
  • Huile d'olive.
  • Noix.
En même temps, on a déconseillé la consommation des ces éléments: 
  • Sucreries.
  • Céréales raffinées.
  • La nourriture frite.
  • Fast-food.
  • Viande transformée. 
  • Les boissons gazeuses.
Professeur Jacka explique:
''Ces résultats n'étaient pas expliquer par les changements de l'activité physique ou du poids corporel, mais étaient intimement liés au degré du changement du régime.''
L'étude suggère ainsi qu'une prise en charge diététique doit être disponible pour les patients qui se traitent pour dépression.

Sources:
Le rapport final de l'étude est apparu au journal BMC Medicine.